Salut Pauline,

Peux-tu te présenter rapidement pour les lecteurs de ClubMedecine.fr ?

Bonjour, je m’appelle Pauline, j’ai 26 ans et je suis interne en médecine générale en Ile-de-France. J’ai effectué mes études à Marseille jusqu’en D4.

Pourquoi as-tu décidé de poursuivre des études de médecine et d’aller en P1 ?

Depuis le collège j’étais très curieuse de comprendre le fonctionnement du corps humain et j’avais envie de connaître les gestes qui sauvent. Ça m’a alors donné envie de faire ces études, et ma motivation n’est jamais partie.

Peux-tu nous dire quel a été ton classement en P1 ? Etais-tu primante ou doublante ? Quelle filière as-tu choisi ? As-tu une idée de ce que tu veux faire plus tard ?

J’ai été classée 359 sur 320 pris à Marseille en tant que primante. Mais à mon époque (la vielle P1) , nous étions tous classés ensemble avec les dentaires, maieutiques, kinés … ce qui m’a permis après tous les choix définitifs d’être admise dès ma première tentative.

Avais-tu trouvé la transition entre le lycée et la fac très difficile ? Pourquoi ?

Oui ça a été difficile car il y a un effet double peine : je quittais la maison de mes parents pour la première fois et il faut apprendre à vivre seule… + il faut se mettre à travailler seule, sans cadre, sans prof derrière nous. Ça fait beaucoup de « Seule » en un coup.

Pour ça mon écurie m ‘a beaucoup aidée. J’y allais tous les jours pour poser mes questions, discuter un peu avant de rentrer manger et travailler.

Où as-tu habité pendant cette année ? Pourquoi avoir fait ce choix ?

Comment gérais-tu les courses et le linge à laver ?

J’habitais seule dans un studio en face de la fac. Je ne voulais  pas être en coloc et je ne pouvais pas habiter chez mes parents car nous étions à 1 heure de Marseille.

Mes parents se sont occupés de tout pendant cette année là et c’est en grande partie grâce à eux que j’ai réussi mon année. Ils m’amenaient à Marseille le dimanche soir, ma mère restait avec moi et repartait le lundi matin. Elle faisait toutes mes courses et mes machines à laver.

Dans les moments durs, mon père venait même le mercredi soir pour dormir avec moi.

Ensuite il revenait me chercher le vendredi soir pour faire mon ménage et me ramener chez eux pour le week-end. Il venait me chercher tard le soir pour que je puisse travailler toute la journée.

Ils ont fait énormément de sacrifices pour moi et c’est ce qui a contribué grandement à ma réussite.

Peux-tu nous dire comment tu découpais ta journée ? A quoi ressemblait la journée type de Pauline ?

Ma journée était coupée en deux : je me levais à 6h, je travaillais 1h avant de me préparer ( je relisais des fiches de schémas et autres). Ensuite j’allais en cours tous les matins.

Le midi je passais à l’écurie en sortant de la fac pour leur apporter mes cours et poser les questions de la veille.

Repas devant la télé ( je décompressais comme ça!) et petite sieste de 30 minutes.

Puis je me mettais au boulot jusqu’à 21h le soir. Je m’octroyais évidemment des pauses au milieu pour goûter, écouter un peu de musique mais globalement je bossais 6h dans l’après midi.

Ensuite je ne travaillais plus , je n’ai jamais réussi à travailler après le repas du soir sauf pendant les périodes de révisions juste avant le concours.

Petite précision : je mangeais énormément en travaillant, notamment du chocolat noir. ( et je n’ai pas grossi !! Le stress a quelques petits bons côtés ^^)

Il n’y a pas de journée type meilleurs qu’une autre. Le principal est de savoir si on est plus du matin ou du soir pour travailler ( il faut au moins travailler un des deux) et surtout respecter un temps de sommeil adapté : des nuits complètes et une sieste !

Plutôt Tutorat ou plutôt Prépa ?

J’étais complètement Prépa ! Je n’ai jamais fait de tutorat et ce modèle ne me plaisait pas du tout.

J’avais de vrais profs, qui étaient toujours dispo pour répondre à mes questions, qui savaient nous expliquer les choses avec les bons mots. Je n’aurais pas eu confiance en des étudiants. Pourtant les résultats ne sont pas différents mais ça dépend des caractères.

J’avais besoin de l’autorité d’un prof et d’un cadre précis pour pouvoir me mettre au boulot correctement.

Quel a été pour toi la chose la plus compliquée cette année ?

Le manque de divertissement. On s’isole sans le vouloir, on n’a pas le choix. On perd des amis, on ne fait rien d’autre que travailler travailler travailler encore et toujours. Mais ça ne dure que 8 mois, et si on est motivé, c’est un sacrifice qui en vaut la peine.

N’avoir le temps de rien faire d’autre que de travailler ou alors de culpabiliser comme jamais parce qu’on a fait une pause d’une heure dans l’après midi pour discuter avec sa famille.

Ça a vraiment été le plus dur pour moi.

Tu participes aujourd’hui à des congrès de médecine, est-ce que c’est cool ? Qu’est-ce qui s’y passe et qu’est-ce qu’on y apprend ?

Les congrès sont des week-end ( payants ) où l’on écoute des conférences sur les nouveautés de la spécialité concernée, sur les dernières études en cours. Il y peut également y avoir des débats sur un sujet précis.

On y rencontre des médecins en activité, des internes de toute la France et on peut échanger avec eux.

Un petit mot de la fin ? As-tu quelque chose à ajouter ou un conseil à donner pour les futurs étudiants en PACES ?

Pour se lancer dans ces études, le plus important n’est pas le niveau que vous avez au lycée, ni ce que les gens autour de vous peuvent dire. Il faut être motivé et surtout prêt à travailler très dur. Il faut croire en soi et réussir à s’écouter.

Et ce, pas seulement pour la PACES mais également pour la suite. Les études de médecine sont passionnantes pour qui les a choisies mais sont également très prenantes, stressantes et envahissent votre vie.

Ces études sont longues, difficiles mais on y apprend tellement de choses ! Votre métier final sera passionnant à partir du moment où vous l’aurait choisi.

Et pendant votre année, vous allez avoir l’impression d ‘être noyé , perdu , on l’a tous été. Mais n’oubliez pas qu’à côté de la médecine pleins de choses existent et que même si vous ne réussissez pas la P1, de centaines d’opportunités s’ouvriront à vous tout aussi interessantes !

Un gros défaut existe dans ces études : on ne comprend ce que va être notre métier qu’une fois interne. Mais sachez qu’une fois dans le cursus, pleins de choses s’ouvrent à vous et vous aurez toujours la possibilité de faire quelque chose qui vous plait !

Foncez, soyez courageux et surtout soyez motivés !

Comme le veut la tradition du carabin : « Force et honneur ».

livre-paces

PACES : Cliquez sur l’image pour lire le livre que j’ai écrit et dans lequel j’explique comment j’ai réussi ma PACES (organisation, méthode de travail, rythme de vie…) en me classant 81ème en tant que primant en Médecine !

6 Réponses

  1. Charifa

    Salam,c’est juste pour te remercier à l’infini pour tout ce que tu fais pour nous ( ceux qui sont intéresser par la médecine ) . Merci de continuer à nous motiver. Merci de nous aider dans les moindres difficultés. Merci de consacrer un peu de ton temps pour nous. Tout simplement merci d’être toi et je ne te remercierais jamais assez pour tout ce que tu fais . Je te souhaite à toi aussi d’accomplir tes rêves et tout plein de réussites. Encore merci !!!

    Répondre
    • Raphaël

      Un gros merci à toi Charifa, ça me fait très plaisir ton message et je continuerais aussi longtemps que les gens le demandent ! 😉

      Répondre
      • Elisa

        : Salut,
        Exuse moi de te dérangez , je ne suis actuellement que en seconde , et je reve depuis toute petite de faire médecine , en physique et en svt je me débrouille bien mais en math j’ai quelque dificulté , je ne suis donc pas sur d’avoir l’optension pour le passage en filliere scientifique , je sais bien que c’est la filière la plus recommander mais le fait est.
        Je voulais donc savoir si en passant par le bac ST2S je pouvais avoir mes chance , bien sûr que je ne pensais pas entrer en paces directement après ce bac , je pensais passer par une prépa pour faire en sorte de rattraper le niveau en science ( perdre un an pour réaliser un de ses reve aucun soucis ) plus la prépa au moins d’août donc tu as parler.
        Qu’en pense tu ?
        Je te remercie pour toute les réponse que ton site web ont pu m’apporter
        Bonne soirée
        ELISA

      • Elisa

        : Salut,
        Exuse moi de te dérangez , je ne suis actuellement que en seconde , et je reve depuis toute petite de faire médecine , en physique et en svt je me débrouille bien mais en math j’ai quelque dificulté , je ne suis donc pas sur d’avoir l’optension pour le passage en filliere scientifique , je sais bien que c’est la filière la plus recommander mais le fait est.
        Je voulais donc savoir si en passant par le bac ST2S je pouvais avoir mes chance , bien sûr que je ne pensais pas entrer en paces directement après ce bac , je pensais passer par une prépa pour faire en sorte de rattraper le niveau en science ( perdre un an pour réaliser un de ses reve aucun soucis ) plus la prépa au moins d’août donc tu as parler.
        Qu’en pense tu ?
        Je te remercie pour toute les réponse que ton site web ont pu m’apporter et très bonne continuation à toi
        Bonne soirée
        ELISA

  2. Schafer

    Bonjour raphael je m appelle Lisa Schafer j ai 15 ans. Je suis au lycée et passe en 1 ère S.
    J aimerai effectuer un stage d observation en juin dans un hôpital (le lycee est d accord et noue encourage). J abhite dans la région parisienne et j envoie ma lettre de motivation par mail à énormément de hôpitaux ou cliniques. Resultats: soit ils ne prennent pas les MINEURS ou ils sont en reconstruction ou ce n est pas la bonne période. . Je suis un peu de motivée car j adorerai faire un stage ! Pense tu que ceSt possible ? Connais tu des hôpitaux qui acceptent ?
    Aurevoir

    Répondre

Laisser une réponse à Raphaël Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.